6. Le pair aidant est-il un intervenant au même titre que les autres avec une charge de travail « caseloads » de clients ? Quels enjeux et défis engendre cette situation à la fois pour le pair aidant et pour l’équipe ? Avons-nous des inquiétudes et préoccupations en ce sens ? 2016-04-22T14:25:51-05:00

Projet CÉRRIS Forums Thème 3 : Pairs aidants et soutien entre pairs 6. Le pair aidant est-il un intervenant au même titre que les autres avec une charge de travail « caseloads » de clients ? Quels enjeux et défis engendre cette situation à la fois pour le pair aidant et pour l’équipe ? Avons-nous des inquiétudes et préoccupations en ce sens ?

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • admin_cerris
    Admin bbPress
    Post count: 125
    #636 |

    Intégration d’un pair aidant : rôles, spécificités et enjeux

    Question 6 :

    Le pair aidant est-il un intervenant au même titre que les autres avec une charge de travail caseloads de clients ? Quels enjeux et défis engendre cette situation à la fois pour le pair aidant et pour l’équipe ? Avons-nous des inquiétudes et préoccupations en ce sens ?

    Retour aux sujets >>

    Abosse
    Participant
    Post count: 11

    Pour ma part, je crois que le pair aidant est un membre de l’équipe à part entière avec son rôle spécifique de semer l’espoir et accompagner dans toutes les étapes du retablissement, au moment opportun.

    Un large mandat réaliste qui se fait bien lorsqu’il est bien organise et connu de l’équipe.

    A mon avis, Le pair aidant perd au niveau de sa spécificité lorsqu’il est pivot car il a moins le temps pour transmettre la philosophie rétablissement à un grand nombre de gens par des groupes, conférence, etc…

    Selon mon expérience, le pair aidant peut intervenir avec l’équipe, les personnes en besoin et le comité de gestion.

    Dans un SIV par exemple, il peut influencer par son implication sur les comités d’amélioration des services avec les gestionnaires pour être la voix des pairs, participer la des réunions d’équipe en ayant des capsules rétablissement, en donnant les bons coups et en présentant les personnes avec leurs forces pour donner l’exemple et il peut aussi transmettre l’approche, accompagner les personnes en individuel et en groupe.

    Être pivot en SI demeure aussi pour moi une perte de spécificité puisque son modèle d’identification demande à être le plus disponible possible pour être à la bonne place en concertation avec l’équipe à chaque jour pour conserver le « timing » et utiliser sa spécificité. S’il est pris dans son rôle de pivot, il risque de mettre son attention sur autre chose que de saisir le moment où il peut intervenir de par son modèle d’identification. Il est un membre de l’équipe inclus mais ayant un rôle disponible pour voir le plus de gens possible au temps opportun.

    Peut être êtes-vous en désaccord? Et vous pair aidant en SI qu’en pensez-vous?

    Myreille Bédard (Équipe CÉRRIS-CNESM)
    Post count: 0

    Merci beaucoup Annie pour ce commentaire qui fait part de ton expérience au sein d’une équipe d’intervention et de ta vision sur ce sujet. Il semble donc évident pour toi que le pair aidant ne devrait pas jouer le rôle d’intervenant pivot, car ce serait au détriment de sa disponibilité pour rencontrer les personnes en rétablissement ayant besoin de son aide spécifique.

    J’aimerais savoir s’il existe des équipes où le pair aidant occupe, ou a déjà occupé, ce poste? Et si oui, comment cela se passe-t-il?
    J’interpelle ici tous les membres d’une équipe d’intervention, ainsi que les chefs, coordonnateurs et gestionnaires.

    chad chouinard Pair Aidant et personne en rétablissement
    Post count: 0

    Bonjour à tous,

    Comme Intervenant Pair Aidant dans l’équipe Sim du CLSC Hochelaga-Maisonneuve, je prends conscience de la pertinance de la chasse garder de la spécificité du pair aidant à travers mon expérience avec mon équipe interdisciplinaire, je prends conscience que la spécificité du pair aidant passe par un statut égalitaire comme membre de l’équipe. En fait, le mode de fonctionnement du pair aidant ne doit pas passer par de l’intervention en caseload comme d’ailleur fonctionne l’ensemble des intervenants de l’équipe sim qui se partage les interventions comme le suggère le modèle, car une équipe interdisciplinaire à ce mode de fonctionnemment intrinsèque et extrinsèque qui favorire une bonne cohésion et un rendement de relation d’aide efficale pour l’ensemble de la clientèle. De plus, selon le centre national (CNESM), Il est essentiel que le pair aidant soit pivot comme les autres intervenants et cela n’enlève en rien sa spécificité comme spécialiste du rétablissement. Comme Par exemple, une TS ou un TS ne pert pas sa spécificité par le fait même. Et le rétablissement doit être porté par l’ensemble de l’équipe comme les pour les autres soins et services. C’est multifactoriel et c’est de l’intervention dans sa globalité. Bref, l’intégration et la spécificité du Pair Aidant dans un équipe SIM passe par un travail partager où l’ensemble des spécificités des professionnels doit être partagés mutuellement comme le principe de l’entraide entre pairs soit l’entraide et la complémentarité entre collègues… Faire du rétablissement ça ce fait ensemble tout en gardant la spécifité intacte du pair aidant et de ses collègues… En ce sens, le rétablissement à 5 étapes dans un processus non linéaire qui permet au pair aidant et à son équipe de cultiver la philosophie du rétablissement à l’ensemble des personnes en rétablissement. Le pair aidant doit contribuer à l’accompagnement du client dans son processue de rétablissement autant dans l’adhérence au plan de soin de chacun que dans la non adhérence…On appelle ça susciter l’éspoir à travers l’ensemble des étapes du rétablissement. Le pair aidant est un intervenant comme les autres où la seule différence est le savoir éxpérientiel, mais son savoir être, faire et académique ( intervention par les pairs et entraide entre pairs ) doit être mis à contribution pour les personnes qui sont au coeur de nos préoccupations soit les personnes en rétablissement où en devenir…

    Abosse
    Participant
    Post count: 11

    Je comprends très bien ce point de vue car le but du pair aidant est d’être inclus comme un membre à part entière dans l’équipe d’intervention.

    Pour moi, l’inclusion n’est pas de faire comme les autres totalement mais bien d’être respecté, inclus dans l’équipe pour les discussions, faire partie intégrante et avoir un apport important qui rend le rôle nécessaire.

    Nous avons une richesse, celle du vécu expérimentiel qui peut être mis à profit davantage de différentes manières selon les besoins, au bon temps, et ce, peu importe l’équipe d’intervention. Pour cela, le rôle doit être clair et permettre une grande disponibilité en tout temps. Donc, si je me retrouve avec un case load qui me demande des tâches de suivi administratives qui peut être fait par peu importe le professionnel, je ne suis pas disponible pendant ce temps à offrir de l’espoir à un plus grand nombre de personnes qui pour moi est la base de notre rôle. Si une personne a plus de besoin à un certain moment, les moments avec celle-ci peuvent être inrtensifiés et ajusté au fur et à mesure lors de discussions d’équipe.

    J’aurais aimé avoir un service accessible quand j’avais le plus besoin. Quelqu’un a qui parler, que mon intervenant me réfère par exemple ou qui se promène, me rencontre lorsque j’étais dans un moment de déni. J’aurais aimé avoir un modèle d’identification mais pour cela y faut avoir des moments de discussion en équipe pour diviser par exemple les parcours le matin en SIM afin que je sois au bon moment selon ce qui se vit.

    Je dois être disponible et cela ne rend pas le rôle exclus de l’équipe, au contraire, il inclus la plus value qui fait son sens et son importance. Alors voilà pourquoi je suis convaincue que le rôle pair aidant doit être mis plus en valeur tout en étant inclus dans l’équipe.

    Par expérience des 7 dernières anéées, c’est la manière que j’ai constaté être la plus contributive dans le rétablissement de nos pairs et travailler en partenariat avec tous les styles de professionnels.

    chad chouinard Pair Aidant et personne en rétablissement
    Post count: 0

    JE suis en encore avec toi…ça serait idéal dans le meilleur des mondes…
    Par contre, dans la réalité en équipe du matin dès fois l’aspect des conflits d’horaire et le fait de composer avec du personnel en moins atténue les possiblité de déploiement du Pair Aidant dans sa spécificité et mine la rentabilité de sa spécialisation du rétablissement.
    Et une équipe SIM est interrelié ( interdisciplinaire )… nous sommes un équipe et des fois et la plupart du temps nous avons à nous soutenir les uns les autres dans notre travail respectif. C’est ponctuel et organisationnelle qui vient teinter l’idéal du Pair Aidant. Mais à long terme, il y a sûrement des solutions alternatives administratives qui va permettre au Pair Aidant des équipes SI de trouver réellement son rythme de croisìère qui est de transmettre l’espoir et d’accompagner les personnes en rétablissement avec une intensité moins variable, mais dans toute son intensité.

    Je suis de nature optimiste et je crois quand l’officialisation du poste de Pair Aidant sera un acquis, nous pourront tous ensemble mieux naviguer et établir nos balises de façon claire et sans confusion et mettre de l’avant la juste porter que qu’implique le rôle du Pair Aidant et sa spécificité qui est d’être disponible pour les principaux concernés qui sont les personnes en rétablissement et dans leur processus de pleine citoyenneté qui passe par un retour à la santé globale pour tous qui fait l’émergeance d’une déstigmatisation sociétale en ce sens pour un mieux-être et un mieux-vivre individuel et collectif.

    admin_cerris
    Admin bbPress
    Post count: 125

    Réflexion d’une équipe SIV suite au visionnement de la capsule Pair Aidant et la discussion dirigée proposée par le guide accompagnateur :

    Bien que notre CIUSSS ne bénéficie pas d’un pair aidant dans les équipes SIV, les intervenants mentionnent qu’ils percevraient ce dernier comme un membre à part entière de l’équipe sans avoir le même rôle que les autres intervenants. Le pair aidant est perçu comme contribuant à soutenir l’intervention des intervenants SIV par son vécu expérientiel. Autant dans les discussions de cas que dans l’intervention directe avec la clientèle. Toutefois, un malaise est soulevé à l’idée qu’un pair aidant SIV ait une charge de cas au même titre que les autres membres de l’équipe, de par sa formation insuffisante en relation d’aide. Le pair aidant peut co intervenir auprès d’un usager avec un autre intervenant, il peut rencontrer les familles et les personnes (en individuel) pour susciter de l’espoir et expliquer le processus du rétablissement. Les intervenants croient qu’ils feraient confiance à un pair aidant pour travailler en dyade sur un objectif spécifique et ainsi que pour alimenter la réflexion clinique lors des réunions. Extrait repris d’un texte de Marie-Eve Dargis pour les équipes SIV des RLS de la Pointe-de-l’Île et de St-Léonard-St-Michel

    Réponse de l’équipe CERRIS-CNESM :

    Merci beaucoup Marie-Eve. La réflexion que vous débutez ici dans le contexte SIV est très importante car le modèle d’implication d’un pair aidant dans les équipes SIV est actuellement en construction au Québec. Pour nous aussi, il faut pouvoir mettre à l’avant plan le partage du savoir expérientiel du pair aidant. La prise en charge actuelle d’un caseload par le pair aidant limite actuellement l’accès au savoir expérientiel des autres personnes suivies, de là la réflexion !
    Aussi, les questions soulevées concernant la formation des pairs aidants sont tout à fait à propos et se font actuellement en collaboration avec les pairs aidants et le Réseau Pair Aidant du Québec. L’équipe du CERRIS-CNESM continue sa réflexion à ce sujet et souhaite que vous puissiez y réfléchir avec nous.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 ans et 11 mois par  admin_cerris.
7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.